Société cardiovasculaire du Canada

L’interruption des mesures de survie basée sur un pronostic neurologique insatisfaisant en raison d’une lésion cérébrale hypoxique ischémique sous-jacente est le mécanisme de décès le plus fréquent après une réanimation réussie à la suite d’un arrêt cardiaque.

Cela s’explique en partie par le fait que la détermination de la fonction neurologique et le pronostic sont complexes et que les protocoles normalisés n’ont pas été mis en œuvre de manière routinière dans la pratique. Cet énoncé de position de la SCC vise à résoudre ce problème en proposant une approche systématique et multimodale du patient ayant subi un arrêt cardiaque.

« Cet énoncé de position a entraîné la création d’un protocole de pronostic neurologique après un arrêt cardiaque en milieu extrahospitalier en utilisant les meilleures données probantes accessibles et l’avis d’experts, » déclare Christopher B. Fordyce, M.D., M. Sc. S, M. Sc., FRCPC.

Lisez l’Énoncé de position sur le pronostic neurologique 2023 pour obtenir des recommandations sur :

  1. les circonstances qui suivent immédiatement un arrêt cardiaque;
  2. l’examen neurologique ciblé;
  3. la myoclonie et les crises d’épilepsie;
  4. les biomarqueurs sériques;
  5. la neuro-imagerie;
  6. les tests neurophysiologiques;
  7. le pronostic neurologique multimodal.
Figure 1

« Il existe une hétérogénéité importante dans la prise en charge des patients admis à l’hôpital à la suite d’un arrêt cardiaque en milieu extrahospitalier (ACEH), avec relativement peu d’interventions à l’hôpital pour traiter cette pathologie à haut risque de décès. Bien que de nombreux dispensateurs de soins cardiovasculaires s’occupent des patients victimes d’un ACEH, la réalité est que la majorité de ces patients meurent de causes neurologiques. Les recommandations prennent en compte non seulement les tests diagnostiques eux-mêmes, mais fournissent également des conseils sur le moment optimal pour commander ces tests. En général, elles préconisent une approche plus mesurée et plus tardive. La normalisation du pronostic neurologique pourrait permettre d’améliorer les résultats pour les patients victimes d’un ACEH », déclare le Dr Fordyce.

Au nom de la SCC, nous saluons et remercions les coprésidents, les Drs Chris Fordyce et Andreas Kramer, pour leur leadership, la Dre Emilie Belley-Côté pour l’expertise de ses méthodes et l’ensemble du groupe d’experts en pronostic neurologique pour leur contribution et leur engagement à vous présenter ces recommandations importantes. 

Back to top